La veille de presque tout – Victor del Arbol

dsc_0442Trois vies… trois destins… un lien ténu qui fait éclater la vérité.

Voici le dernier né d’un de mes auteurs favoris dans le domaine, Victor del Arbol !
La veille de presque tout, aux éditions Actes Sud collection Actes Noirs, sorti ce mois-ci (22,50€). Je n’ai pas pu résister, bien sûr, et je l’ai vite dévoré pour ensuite vous faire mon rapport sur cette nouvelle victime ! =)

Germinal Ibarra a franchi la limite. Devant la corps de la petite Amanda, âgée à peine d’une dizaine d’années, violée, violentée, tuée, le policier a craqué. Il a battu à mort le responsable. Loin d’être condamné pour cet acte, Ibarra se voit couvert par le grand-père de la fillette, un richissime homme d’affaires qui fait pression sur les autorités pour que les preuves soient falsifiées et que l’inspecteur soit tranquille. Mais ce crime le tourmente, il n’est plus que l’ombre de lui-même, accro à l’alcool et aux médicaments, chaque nuit, il place le canon de son arme dans sa bouche mais ne parvient pas à aller plus loin. Quand son téléphone sonne pour lui annoncer qu’une personne dans un sale état, déposée par un inconnu sur les escaliers des urgences, tient à lui parler personnellement, Ibarra soupire, lasse de devoir s’occuper de ce genre de chose.

Paola ne voulait qu’une chose: s’éloigner le plus loin possible de sa vie d’avant. Avant la mort de sa fille: Amanda. Après des mois de beuveries en tout genre et d’orgies avec des inconnus, un matin elle prend conscience de son chagrin, et de ce qu’elle est devenue. Elle craque, et cette fois, pour de bon pense-t-elle, elle prend la voiture et roule aussi loin que possible. Jusqu’à la petite bourgade de Punta Caliente, où elle pose ses valises dans la pension de Dolores. Elle y fait la rencontre de Daniel, jeune homme de dix-sept ans dont elle tombe amoureuse. Mais malgré sa pureté apparente, quelque chose la gêne chez ce garçon insondable, au regard mystérieux et au comportement parfois étrange. Jusqu’au jour où, sur son lit d’hôpital, elle décide d’en finir avec tout ça, et raconte, à Ibarra ce qui est réellement arrivé à Punta Caliente… et ce depuis le début… depuis l’arrivée de Dolores dans le village… il y a tant d’années.

Mauricio, un argentin exilé, a décidé il y a de nombreuses années de s’occuper de son petit-fils, Daniel, quand son fils, sa belle-fille et Julio le grand frère, sont tous les trois morts dans l’incendie de leur maison. Mais le vieil homme n’est pas dupe. Quand il rencontre Paola, quelque chose lui met la puce à l’oreille. Il a l’impression de l’avoir déjà vu quelque part. Très vite il sait que cette jeune femme entretien une liaison avec son petit-fils, une liaison qu’il ne voit pas d’un bon œil, au point d’appeler le père de Paola, de son vrai nom Eva Malher, riche héritière. Toutefois est-ce bien son petit-fils que le grand-père tente de protéger ? Mais Mauricio a lui aussi un passé douloureux, un passé qui refait trop surface en lui, sur ses vieux jours, un passé qu’il veut régler… une bonne fois pour toute.

Trois, quatre destins reliés de façon presque indirecte, par Eva… jeune femme que la mort de sa fille a dévasté, sans qu’elle soit capable de l’encaisser immédiatement. Un livre plus à suspens qu’à enquête policière, si ce n’est la présence de ce policier désabusé, traqué par ceux qui pensent que le meurtrier de la petite Amanda,  est innocent. Victor del Arbol reste fidèle à son écriture, fluide, sincère, décrivant les paysages comme des échos aux sentiments de ses personnages. Des vies difficiles qui s’entrecroisent et tentent de s’apaiser mutuellement, jusqu’à ce que la vérité refasse surface et éclate pour de bon.
J’ai tenu ce livre jusqu’à la fin sans presque pouvoir m’en détaché. Il y a toujours quelque chose de captivant dans les récits de cet auteur ! J’ai eu quelque doutes, car c’est une histoire qui a fait échos à une autre de mes lectures, mais pas entièrement. Je l’ai tout de même beaucoup apprécié, cependant moins que Toutes les vagues de l’océan. La veille de presque tout est plus court, et est sur la fin, une fois la/les vérité/s apprise/s, un peu long… Reste que je le recommande à tous ! Des secrets en cascades, des révélations étonnantes, d’autres un peu moins, des personnages très bien développés et construits : bref une recette qui donne un bon repas ! Attention cependant, il y a une scène de mise à mort d’un animal qui pourrait ne pas vous plaire (moi-même j’ai eu du mal alors je préfère prévenir) !

Au plaisir de vous savoir en train de dévorer ce livre, si ce n’est déjà fait ! 😉

Publicités

2 réflexions sur “La veille de presque tout – Victor del Arbol

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s